Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 11:33
J'aimerais trouver la force d'un coup de gueule ou d'une réflexion construite, mais, en ce moment, c'est au-dessus de mes forces. J'ai déjà la force de briser le silence instauré (comme si de rien était) depuis maintenant presque deux mois. La raison de ce long silence (comme de mon manque de force) est que je suis dans le creux de la vague en ce moment... Et la vague est creuse, bien creuse... Tellement creuse que j'ai parfois l'impression de toucher le fond. Que s'est-il passé ? Comment se fait-il que notre cher petit schopenhauerien, d'habitude si passionné (tellement qu'il en est parfois un peu trop virulent), si déterminé et si enthousiaste, a perdu pied ? Il est usé et fatigué. Il est à bout de force. Il ne supporte plus les contraintes, les directives, les obligations, les ordres, le manque de respect, l'état actuel de sa recherche, les démarches administratives longues et pénibles, la cogitation permanente, le fourbi de citations qui s'accumule dans sa tête... En bref, il n'en peut plus, au point de se demander ce qu'il peut bien être en train de faire et pourquoi diable le fait-il...

On peut difficilement être plus paumé que moi en ce moment. J'ai envie de lire, d'écrire, d'écouter de la musique, de partir en vacances, de cuisiner, d'aller dans les musées, au cinéma... de tout faire, sauf de me pencher sur ma thèse. J'en ai marre. Je sature.

Pourquoi diable en suis-je arrivé là ? Peut-être simplement parce que ma recherche n'a pas débuté en septembre 2009, ni au mois de septembre 2008, mais il y a maintenant plus de 3 ans !! J'ai débuté les recherches pour le mémoire, en avril 2006. J'y ai passé plus de 2 ans, j'y ai mis toute mon énergie et mon envie, et je n'ai quasiment pas fait de pause, de vraie pause, depuis ce temps là. J'ai enchainé avec le projet de thèse, la soutenance pour l'allocation, le corpus, les articles, les conférences, la mise en place du colloque Schopenhauer de juin 2010, la relecture complète de l'oeuvre de Schopenhauer, les leçons d'allemand, etc., etc. Du coup, ma tête ne suit plus, et j'ai l'impression de vivre dans un tourbillon. J'ai tellement la tête qui tourne que je ne sais plus vraiment qui je suis et si ce que je suis en train de faire me correspond.

Une chose est sûre, il aurait fallu prendre des vacances après le mémoire, mais la volonté de démarrer la recherche de thèse a pris le pas sur la raison et je me suis laissé emporté. Et puis, j'ai surtout voulu compenser une profonde déception (celle de ma soutenance de mémoire et de la réception de mon mémoire en général) par un travail plus soutenu encore... Mais là, je ne peux plus rien soutenir en l'état. Je rend temporairement les armes, et m'accorde des congés à durée indéterminée. Je sais que l'envie reviendra d'elle-même, parce que je ne peux concevoir ma vie sans philosophie. Mais faut-il encore vivre et ne pas se réduire à cela. Aujourd'hui, j'ai l'impression de ne plus être moi, d'être à bout de force, d'envie et de plaisir. J'ai laissé tellement de choses derrière moi, que j'ai perdu tous mes repères. Je n'ai plus de contact avec moi-même, et il m'est impossible de poursuivre dans ces conditions.

La thèse reprendra la place qui est la sienne quand j'aurai retrouvé celle qui est la mienne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article

commentaires

Genevieve 25/06/2009 18:18

Noboby should EVER feel guilty to take a well-deserved time off from work! No wonder you'll soon find the energy to go on.
See you soon.

Présentation

  • : Schopenhauer
  • Schopenhauer
  • : Etudes de la pensée de Schopenhauer et notamment de son rapport à la psychanalyse et aux neurosciences.
  • Contact

Profil

  • Jean-Charles Banvoy
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?"
 UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?" UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2

Archives