Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 08:58

Rares sont les gens qui peuvent comprendre ce que peut représenter un tel travail de recherche, son achèvement, son impression... la joie qui vous envahit quand vous tenez entre vos mains ces feuilles de papiers, sur lesquelles sont imprimés deux ans de votre vie. Vous ressentez alors une immense satisfaction, doublée d'une envie démesurée de discuter de son contenu. Mais beaucoup ne savent pas que vous venez de réaliser un rêve, que vous avez passé deux ans à travailler avec votre coeur, sans compter, avec passion et détermination, pour parvenir à une première version définitive de votre projet. Bien sûr ce n'est pas parfait, évidemment qu'il y a beaucoup de choses à retravailler et à corriger, mais vous avez le sentiment d'avoir accompli ce pour quoi vous êtes fait, d'avoir réussi à définir quelque part votre ancrage au savoir philosophique. C'est comme une partie de vous que vous avez réussi à exprimer...

Rares sont les situations où les gens entiers, passionnés et déterminés (ou bornés, ça dépend de quel point de vue on se place) ne se heurtent pas à la réalité et ne voient pas leurs brillantes illusions s'évanouir dans son épaisse obscurité. Quand on a puisé en soi durant deux longues années, qu'on est à bout de force et donc moralement affaibli, on attend qu'une chose : la reconnaissance de l'effort accompli. Pas des éloges, pas des congratulations, pas des compliments... simplement la reconnaissance de la somme de travail accompli et de sa pertinence (malgré toutes les erreurs, imprécisions et maladresses dans le détail). On a bien conscience que ce n'est pas parfait, et toute critique de valeur, tout point mis en cause permet à la recherche d'avancer. Mais pour que la recherche se poursuive, il faut que le chercheur ait envie d'aller plus loin, retrouve la force de continuer ses efforts... et pour ça, comme tout être humain, il a besoin de confiance, d'enthousiasme et de dialogues constructifs.

Rares sont les moments de ma vie où j'ai été plus frustré que lors de ma soutenance de mémoire, le 26 mai dernier. Je passe les détails de cette épreuve difficile dont je n'aurai sans doute pas pu me relever sans les bonnes et belles paroles de M. Christophe Bouriau, et sans l'amour, les vues sensées, le soutien indéfectible et l'immense confiance de mon ange, Joanna. J'étais frustré de n'avoir pu répondre aux multiples questions qui m'ont été posées. Je n'avais qu'une envie : expliquer mes choix, préciser mes propos, reconnaître mes maladresses, défendre mon point de vue... en un mot : débattre. Y'a-t-il un responsable à une telle désillusion ? Eh bien, oui : moi. J'attendais tellement de ce moment, j'avais tellement mis d'énergie dans ce travail, que les critiques extérieures souvent mal argumentées, l'insistance sur les petites erreurs insignifiantes, le non-débat sur la thèse et les idées centrales du travail, l'impossibilité de répondre à l'ensemble des questions, ont fait terriblement mal. Je n'étais pas préparé à cela, parce que dans le monde merveilleux de Jean-Charles (de Candy ou des Bisounours, c'est la même chose) les gens sont enthousiastes, ouverts et respectueux des autres.

Rares sont les gens que je peux remercier de m'avoir permis de réaliser ce projet, de parvenir à exprimer une partie de moi. Il y en a plusieurs, mais les plus importantes ont déjà été citées... Les événements dont on ne tire pas d'enseignements n'existent pas. Ce n'est donc pas sans illusions, mais avec un regard nouveau que je me suis lancé dans la rédaction et la soutenance d'un projet de thèse... Mais ça, c'est une autre histoire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article

commentaires

Yann Sarfati 11/04/2009 01:27

très fort par contre la façon dont tu nous présentes cette affaire ! Dès la première phrase on se laisse complètement attendrir par la confession de l'échec où tu te donnes l'entière responsabilité de cet échec et en fait tu leur envois des critiques cinglantes !
Génial !

"Y'a-t-il un responsable à une telle désillusion ? Eh bien, oui : moi. J'attendais tellement de ce moment, j'avais tellement mis d'énergie dans ce travail, que les critiques extérieures souvent mal argumentées, l'insistance sur les petites erreurs insignifiantes, le non-débat sur la thèse et les idées centrales du travail, l'impossibilité de répondre à l'ensemble des questions, ont fait terriblement mal. Je n'étais pas préparé à cela, parce que dans le monde merveilleux de Jean-Charles (de Candy ou des Bisounours, c'est la même chose) les gens sont enthousiastes, ouverts et respectueux des autres."

TRADUCTION :
Je suis plus intelligent et plus sensible que vous messieurs de l'académie (un p'tit côté Schopenhauerien de caractère le JC?), vous avez trop l'âme de comptable pour me comprendre, et pas assez celle des grands génies sensibles !

Très bien joué, sincèrement

Jean-Charles Banvoy 11/04/2009 11:31


Diable ! Je suis démasqué !!
Comment répondre à ce commentaire autrement que par un grand merci pour votre compliment... Mais si je fais cela, je vais accréditer votre traduction et passer pour un prétentieux (du coup, c'est
eux qui aurait raison). Vous me mettez donc dans l'embarras, car si j'essai de me défendre, on va dire que je trahis ma pensée en essayant de concilier les deux points du vue "oui je suis
prétentieux parce que j'affirme connaître mieux Schopenhauer que la plupart des gens, et non je ne le suis pas vraiment, parce que je n'ai jamais affirmer détenir l'absolu vérité en soi et sur
Schopenhauer en particulier"... Ca serait plus vrai mais moins schopenhauerien, alors je vous laisse le choix d'interpréter ce billet comme vous le souhaitez.
En tout cas, bravo pour la traduction !! (hein, mais non je l'ai pas dit)
Au plaisir de vous lire
Jean-Charles Banvoy


Présentation

  • : Schopenhauer
  • Schopenhauer
  • : Etudes de la pensée de Schopenhauer et notamment de son rapport à la psychanalyse et aux neurosciences.
  • Contact

Profil

  • Jean-Charles Banvoy
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?"
 UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?" UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2

Archives