Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 10:15

Cela fait maintenant 3 ans que le silence s'est installé, et je n'ai pas trouvé l'occasion de le rompre depuis. Une fin de thèse très mouvementée, une soutenance qui s'est (fort bien) déroulée le 31 mai 2013 et ensuite une activité de serveur à plein temps... La sortie du monde universitaire fut non un déchirement, mais une délivrance. Tant de compromis, de contorsions et de conflits d'intérêt pour si peu de philosophie (au sens littéral du terme). A quelques exceptions près, j'ai pu constater l'actualité de la vision schopenhauerienne de la philosophie dans les universités. Je tiens à remercier, avec certes un peu de distance (mais cela n'en est que plus chargé de sens) toutes les personnes qui m'ont encouragé et soutenu durant ces longues années de labeur intellectuel, mes directeurs de thèse et les membres, tous bienveillants, de mon jury ; mes proches, et en premier lieu ma femme Joanna, et tous ceux que j'ai pu côtoyer lors de colloques sur Schopenhauer et sur bien d'autres sujets passionnants !

 

A ce propos, je tenais à diffuser ici la nouvelle de la parution aux Éditions Modulaires Européennes, dans la collection "Esthétique et Spiritualité" d'un livre intitulé "Théoriser le Spirituel : Approches transdisciplinaires de la spiritualité dans les arts et les sciences", sous la direction de Claude Le Fustec, Françoise et Jeff Storey. Merci à eux pour leur formidable travail !! Ils nous prouvent ici, par ce livre, et par l'organisation du colloque dont il est issu, que la transdisciplinarité n'est pas qu'un vain mot, et qu'il est non seulement souhaitable d'y recourir, mais qu'elle est surtout nécessaire à l'enrichissement de la pensée et de la réflexion sur des notions aussi essentielles que celle de la spiritualité.

Publication ouvrage "Théoriser le Spirituel"

Voici le lien pour en savoir plus :

https://www.eme-editions.be/fr/esth%C3%A9tique-et-spiritualit%C3%A9/53750-th%C3%A9oriser-le-spirituel-9782806633286.html

 

 

Vous trouverez, dans cet ouvrage, un de mes articles, intitulé "La spiritualité dans la philosophie d'Arthur Schopenhauer : pour une réconciliation entre science, art et métaphysique". Contrairement à ce que certains lecteurs de la haute société philosophique nancéienne a bien pu croire, il ne s'agit pas d'un plaidoyer athée, pro Schopenhauer, mais bien d'une démonstration de l'importance de la prise en compte de la perspective intellectuelle de Schopenhauer dans la considération de la spiritualité. L'expérience de la Volonté, intime, immanente à la vie de notre corps propre (donc non médiatisée par la représentation - si ce n'est sous la simple forme du temps) nous fourni un contact direct avec l'essence du monde. C'est également le cas de l'expérience esthétique, de l'expérience de la compassion, comme des discours de la science, qui nous fournit des données certes plus indirectes sur l'essence, mais qui en témoigne des manifestations.

 

Je laisse ici parler Schopenhauer :

"Une connaissance aussi complète que possible de la nature est nécessaire pour poser avec précision le problème de la métaphysique. Aussi personne ne devra-t-il essayer d’aborder cette science, avant d’avoir acquis une connaissance, au moins générale, mais exacte, claire et coordonnée, des diverses branches de l’étude de la nature. Car le problème précède nécessairement la solution" (1844, p. 873)

 

Cependant,

"Les progrès de la physique ne compléteront que la connaissance du phénomène, tandis que la métaphysique aspire à dépasser le phénomène, pour étudier la chose qui se présente comme telle. Quand même notre expérience serait absolument achevée, la situation n’en serait guère changée. Et quand même vous auriez parcouru les planètes de toutes les étoiles fixes, vous n’auriez pas encore de ce fait avancé d’un pas dans la métaphysique" (1844, p. 872)

 

Ainsi,

"plus les progrès de la physique seront grands, plus vivement ils feront sentir le besoin d’une métaphysique". (1844, p. 872)

 

 

Dans le cadre de l'esprit transdisciplinaire du colloque de juin 2011 à Nice, et de cet ouvrage aujourd'hui publié, mon article veut simplement rendre compte de la fécondité de la pensée d'Arthur Schopenhauer, de sa capacité à décloisonner les savoir et à voir une complémentarité là où de nombreuses personnes voient des perspectives inconciliables.

 

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:33

J'ai l'immense plaisir de vous annoncer la publication, aux Presses Universitaires de Nancy, des actes du colloque international "Schopenhauer et l'inconscient" qui s'est tenu les 10 et 11 juin 2010 sur le Campus Lettres de l'Université Nancy 2. Cet ouvrage, codirigé avec mes directeurs de thèse Christophe Bouriau et Bernard Andrieu, et publié avec le soutien financier des Archives Henri Poincaré, regroupe les contributions de Christopher Janaway, Peter Welsen, François Félix, Marie-José Pernin, Christophe Bouriau, Bernard Andrieu et moi-même.

Veuillez trouver ci-dessous, la description de l'ouvrage ainsi que le lien vers le site du comptoir des presses d'universités (www.lcdpu.fr), pour plus d'informations et commande. Vous trouverez également un fichier pdf. de présentation (en cliquant sur l'image) pour large diffusion dans vos réseaux !!

Je reviens vers vous plus longuement très prochainement...

Jean-Charles Banvoy

 

Page Facebook de l'ouvrage :

http://www.facebook.com/pages/Schopenhauer-et-linconscient/321730701172435?sk=info

 

 

 

Schopenhauer et l’inconscient
Approches historiques, métaphysiques et épistémologiques

Jean-Charles Banvoy, Christophe Bouriau, Bernard Andrieu, (dir.), PUN, 2011



Capturer-1.JPG

 

 

Sont réunis dans cet ouvrage des textes issus d’horizons philosophiques différents, centrés sur la question de l’inconscient dans la pensée d’Arthur Schopenhauer. La perspective ici adoptée est celle de ne pas lire Schopenhauer à partir de Freud, comme s’il n’en était qu’un pâle précurseur, mais d’examiner la théorie schopenhauerienne de l’inconscient pour elle-même, dans ses difficultés, sa richesse, mais aussi sa fécondité. Le présent ouvrage cherche à élucider la place et le rôle de l’inconscient schopenhauerien, encore peu connu, dans l’histoire des théories de l’inconscient et plus largement dans l’histoire de la philosophie contemporaine.

 

 

 

Sommaire :


 

Préface

 

Jean-Charles Banvoy La notion d’inconscient dans l’œuvre d’Arthur Schopenhauer

Christopher Janaway La véritable essence de l’Homme : Schopenhauer et la Volonté inconsciente

Marie-José Pernin-Ségissement Enjeux métaphysiques et religieux de la Volonté « inconsciente » dans la philosophie de Schopenhauer

Christophe Bouriau Schopenhauer : les inférences inconscientes

François Félix Entre inconscient psychique et inconscient neuro-cognitif

Peter Welsen Schopenhauer précurseur de Freud

Bernard Andrieu La corporéisation du rêve par le cerveau de la Volonté chez Schopenhauer

Présentation des auteurs

Index



Plus d’informations et commande sur le site du « Comptoir des presses d’universités »

 

 http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100369510&fa=description


  

 

Ouvrage diffusé par FMSH-Diffusion / CID - 18, rue Robert Schuman - CS 90003 - 94227 CHARENTON-LE-PONT Cedex - Tél. : 01 53 48 56 30 - Fax : 01 53 48 20 95 - Mail : cid@msh-paris.fr

 


 

 

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:47

Dans l'attente de l'annonce officielle de la publication du volume Schopenhauer et l'inconscient, issu du colloque nancéen de juin 2010, vous trouverez ci-dessous l'affiche et le programme d'un colloque international sur Schopenhauer qui aura lieu les 6 et 7 octobre 2011, à Paris. Ce colloque, organisé par Matteo d'Alfonso, se déroulera le jeudi 6 octobre à la Maison Suger, 16-18 rue Suger, à partir de 14h30, et le vendredi 7 octobre à l'IEA, 190 avenue de France (6ème étage - salle 638) à partir de 9h30. Ce colloque international Le coeur et la tête - Herz und Kopf, Philosophie, moeurs, sciences dans les Parerga et Paralipomena de Schopenhauer - Philosophie, Sitten, Wissenschaft in Schopenhauers Parerga und Paralipomena, est organisé à l'occasion du 160ème anniversaire de la première édition des Parerga et Paralipomena.

 

Capturer.JPG

 

 

Présentation

 

En 1851 paraît aux éditions Hayn Parerga et Paralipomena, le deuxième grand ouvrage d'Arthur Schopenhauer après Le monde comme volonté et représentation. C'est précisément ce livre, conçu comme un assemblage de textes divers et comprenant entres autres les géniaux Aphorismes sur la sagesse dans la vie, qui a fait connaître à son auteur un succès inespéré. C'est grâce aux Parerga et Paralipomena, littéralement « ce qui est à côté et ce qui reste » que la philosophie de Arthur Schopenhauer devint finalement connue et que l'on commença à s'intéresser à ses autres ouvrages.

Pourtant, les philosophes de profession ont curieusement négligé ce livre, peut-être précisément à cause de son caractère populaire et fragmentaire, préférant associer surtout le nom de Schopenhauer à ses ouvrages plus traditionnels. Cette attitude a fait jusqu'à nos jours obstacle à l’étude de cet ouvrage dans son intégralité : on s'est la plupart du temps contenté d’en tirer des citations ou des mots d’esprit, ou encore de n’en republier que des parties isolées.
Ce colloque international, à l'occasion du 160ème Anniversaire de la première édition, vise à placer les Parerga et Paralipomena au coeur du débat sur la figure de Schopenhauer et le contexte philosophique qu’il a contribué à former, en se concentrant en particulier sur les deux points qui ont le moins été traités : la genèse du contenu et du style fortement innovateur de cette oeuvre au sein de la trajectoire intellectuelle de Schopenhauer, ainsi que son influence particulière sur la culture allemande et française.

 

 

Programme

 

Jeudi 6 octobre (en français)
Maison Suger, 16-18 rue Suger

 

14.30h
Salutations du Président de la Schopenhauer-Gesellschaft, Prof. Dr. Matthias Koßler

 

14.45h – 17.45h | Modérateur: Christian Sommer

 

Matteo d'Alfonso (Paris/Bologna) Les Parerga et Paralipomena dans le tournant éthique schopenhauerien

 

Arnaud François (Toulouse), Autour de « Sur la philosophie et la science de la nature »

 

Marco Segala (Paris/L’Aquila), Choses ajoutées, choses omises: la genèse des Parerga et Paralipomena dans les manuscrits

 

 

18.00h – 20.00h
TABLE RONDE
Schopenhauer moraliste dans la littérature française
organisée par Jean-Charles Darmon

 

 

 

 

 

Vendredi 7 octobre (en allemand)
IEA, 190 Avenue de France, 6e étage, salle 638

 

 

9.30h – 12.30h | Modérateur: Matteo d'Alfonso

 

Matthias Koßler (Mainz) Philosophie im Auftrag der Natur und Philosophie im Auftrag der Regierung – Schopenhauers Schrift « Über die Universitäts-Philosophie »

 

Heinz Gerd Ingenkamp (Bonn) Der postchristliche Charme der Parerga

 

François Félix (Lausanne) Parerga & Paralipomena : Schopenhauer en écrivain de l'honnêteté

 

 

14.30h – 17.30h | Modérateur: Arnaud François

 

Giuseppe Invernizzi (Pavia) Keine “Ackommodation”: Deussen und Hartmann gegen Schopenhauers Eudämonologie

 

Luca Lupo (Cosenza) “A powerful Hand” Father, God and Chance. C.G. Jung reads the Parerga and Paralipomena

 

Robert Zimmer (Berlin) Schopenhauers zweites Hauptwerk. Die Parerga und Paralipomena und ihre Wurzeln in der Aufklärungsessayistik und Moralistik

 

 

 

En espérant  vous y retrouver nombreux !!!

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 13:39

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas pris le temps d'écrire sur ce blog et de vous tenir au courant de certaines choses. Je n'ai même pas fait un petit retour à Nice après le merveilleux colloque de début juin, et ce n'est pourtant pas les choses à dire qui manquent !! Je vais essayer de réparer un peu cette lourde faute pour laquelle je n'ai aucune excuse... Certes, ce n'est pas le travail qui a manqué depuis mon dernier post. Je suis en pleine rédaction de la thèse, les actes du colloque de l'an passé sont (presque) prêts, les lectures et les à côtés (conférence, article, organisation de la journée des doctorants, etc.) ne manquent pas. Honnêtement je ne vois pas le temps passer... je n'arrive pas à croire que cela fait presque 3 mois que je n'avais rien posté !

Et c'est pas prêt de s'arranger !! En tout cas, je profite de ce billet pour vous dire que les actes du colloque, que je viens d'évoquer, sont sur le point d'être envoyés à l'éditeur et devraient donc être publiés avant la fin de l'année 2011. Concernant les autres pubications (des colloques de Toulouse et de Nice) je n'ai pas encore d'informations mais je sais que c'est, respectivement, en cours et en projet. Je ne manquerai pas de vous annoncer la date de publication de notre ouvrage Schopenhauer et l'inconscient dès qu'elle me sera communiquée par notre éditeur.

Je tiens à m'excuser auprès de ceux qui m'ont contacté ou qui ont laissé un commentaire sur le blog ces derniers mois et auxquels je n'ai pas pris le temps de répondre (ça m'est arrivé, mea culpa). Pour vous dire, je profite aujourd'hui d'être dans la paperasse de ma réinscription en thèse pour vous poster ces quelques nouvelles... Je n'ai pas le coeur à entrer dans des considérations métaphysiques aujourd'hui, mais j'y reviendrai inévitablement dans mon prochain post, qui, je l'espère, arrivera très vite !!

Je tenais surtout à vivement remercier Claude Le Fustec et Françoise Storey (ainsi que Jeff Storey et Danielle Pastor) pour leur formidable organisation, précise et dynamique, du colloque "Approches Transdisciplinaires de la spiritualité dans les Arts et les Sciences : pour une théorisation du spirituel", des 9, 10 et 11 juin dernier, qui fut un grand moment de rencontres, d'échanges, de découvertes, de contemplations, de partage et de vie, et qui m'aura marqué non uniquement comme chercheur mais au plus profond de mon être. Je salue au passage M. Jean Staune et tous les personnes présentes à cette occasion, et c'est avec beaucoup d'envie et d'espoir que j'envisage la création de l'association que nous avons évoquée à la fin de ces journées.

Ca aussi, c'est une autre histoire dont j'espère vous parler très bientôt !!

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 10:27

Vous trouverez ci-dessous l'affiche et le programme du colloque international "Approches transdisciplinaires de la Spiritualité dans les Arts et les Sciences : pour une théorisation du Spirituel" qui se tiendra les jeudi 9 et vendredi 10 juin 2011 à Nice, et auquel j'ai la chance de pouvoir participer.

 

Ce colloque aura lieu à  la Faculté des Lettres de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, Amphithéâtre 84, 98 bd Edouard Herriot, à Nice.

 

A noter tout spécialement les conférences plénières de MM. Jean STAUNE (le jeudi à 18h) et Thierry MAGNIN (le vendredi à 18h également)

 

Spiritualite-bffa4.jpg

 

 

PROGRAMME :

 

 

Thursday, June 9th 2011

Jeudi 9 juin 2011

 

« Theorizing the spiritual »

Spiritualité et théorie

 

 

 

8h30 – 9h00 : Accueil des participants / Reception

 

 

9h00-11h : « Théologie et Spiritualité : horizons contemporains »/ « Contemporaneous Theological Approaches to Spirituality ». Modérateur / Chairperson : Claude Le-Fustec

 

 

9h00-9h20: Marie LUCIEN-LAURENT, (Université de Strasbourg), « Une tentative de théorisation du spirituel concernant l’évolution des représentations eschatologiques bibliques »

 

 

9h20-9h40 : Larbi DJERADI, (Université Abd Al-Hamid Ibn Badis, Mostaganem, Algérie), « Théorisation du spirituel : l’approche ésotérique « traditioniste »

 

 

9h40-9h50 : temps de discussion

 

 

9h50-10h10 : Jean-Louis BENOIT, (Université de Lorient), « L’Immaculée Conception : une affaire anglaise et « un grand signe dans le ciel » »

 

 

10h10-10h30 : Myriam LE BEC, (Université de Lorient), « Pierre Teilhard de Chardin, de l'anthropologue au poète: représentations et significations de la figure féminine dans L'Eternel Féminin »

 

10h30-10h50 : Ghislain WATERLOT, (Faculté de théologie protestante, Université de Genève), « Les formes nouvelles de spiritualité chrétienne : aggiornamento ou déplacements profonds ? Une approche philosophique et théologique »

 

 

10h50- 11h00 : temps de discussion

 

 

 

11h00-11h15: Coffee Break/ Pause café

 

 

 

11h15-12h30 : « Spiritualité et (Post)modernité »/ « Spirituality and (Post)modernity » (I). Modérateur / Chairperson : Claude Le-Fustec

 

 

11h15-11h35 : Myriam WATTHEE-DELMOTTE, (Université Louvain-la-neuve, Belgique), « De la figurabilité de la spiritualité dans la littérature française contemporaine »

 

 

11h35-11h55 : Lydie PARISSE, (Université Toulouse Le Mirail), « Imagination morte imaginez : le théâtre de Samuel Beckett au croisement entre les discours scientifique et mystique »

 

 

11h55-12h15 : Sara MAZZOLINI, (Université Bordeaux 3), « Dismembering and Remembering the Body of the Text : the “transmemberment” of culture from modernism to post-modernism” (en français)

 

 

12h15-12:30: temps de discussion.

 

 

 

12h30-14h00 : Lunch break/ Déjeuner

 

 

14h- 16h: “Spirituality and (Post)modernity”/ « Spiritualité et (Post)modernité » (II). Modérateur / Chairperson: Franz Woehrer

 

 

14h-14h20: Demelza MARLIN, (University of New South Wales, Australia), “What comes after the Death of God?”

 

 

14h20-14h40: Anthony LARSON, (Université Rennes 2), “For a Practice of Theory”

 

 

14h40-15h00: Nada AL-AJMI (Sultan Qaboos University), “Choice and Fate in ‘The fellow Townsmen’ and ‘ An Imaginative Woman’”

 

 

15h00-15h10 : temps de discussion

 

 

15h10-15h30: Julie ARMSTRONG, (Manchester Metropolitan University, England), “Spirituality, Creative Writing and Changing Perceptions Of Reality”

 

 

15h30-15h50: Temenuga TRIFONOVA, (York University, Toronto, Canada), “The Nature of Belief in Post-secular Cinema”

 

 

15h50-16h10: Ioana COSMA (University of Bucharest), « Between Oblivion and Remembering. Angelophanies and the Third Space of Representation»

 

 

16h10-16h20: temps de discussion.

 

 

16h20-16h40: Coffee Break/ Pause café

 

 

 

16h40-17h35: « Spiritualité et société »/ “Spirituality and Society”. Modérateur / Chairperson : Anthony Larson

 

 

16h40-17h00 : Elvis BUCKWALTER, (Université de Paris Ouest), « Le Dieu dollar : une approche psychanalytique de la spiritualité aux Etats-Unis »

 

 

17h00-17h20 : Frédéric ARMAO (Université de Toulon, France), « Le « celtisme » en Irlande ou le spirituel en quête d’identité »

 

 

17h20-17h35 : temps de discussion

 

 

 

 

 

 

 

18h00-19h30 : Conférence plénière de M. Jean Staune

 

« Science et Spiritualité, vers une nouvelle synthèse »

 

 

 

Friday, June 10th 2011

Vendredi 10 juin 2011

 

“Transdisciplinary Approaches to Spirituality”/

« Approches transdisciplinaires de la Spiritualité »

 

 

 

8h30-9h00 : accueil

 

 

9h00-11h05 : « Methodological issues/ Questionnements méthodologiques » - Modérateur / Chairperson : Françoise Storey

 

 

9h00-9h20: Franz WÖHRER, (University of Vienna, Austria), « Recent Behaviourist Approaches to Mystical Experience and the Heuristic Function of the Humanities in the Future Study of Spirituality »

 

 

9h20-9h40 : Jean EHRET, (Sacred Heart University, Luxembourg), “Eros, Art and God: Julien Green in raptures. Towards an aesthetic and theological differentiation of transcendent experiences”

 

 

9h40-10h00 : Marie-Hélène FRIES, (Université Grenoble I), “'playing God' in nanotechnologies: metaphors as an interface between science and spirituality"

 

 

10h00-10h15 : temps de discussion.

 

 

10h15-10h35 : Xavier GRAVEND-TIROLE, (Université de Lausanne / Université McGill, Montréal), « Le spirituel sous la coupe de l’anthropologie du croire : enjeux et perspectives »

 

10h35-10h55 : Brînduşa-Elena GRIGORIU, (Université Alexandru Ioan Cuza, Iaşi, Roumanie), « La face de Dieu : pour une pragmatique de la spiritualité »

 

 

10h55-11h05 : temps de discussion.

 

 

 

11h05-11h30: Coffee Break/ Pause café

 

 

 

11h30- 12h45 : « Transdisciplinarité et spiritualité : approches philosophiques »/ « Transdisciplinary Approaches to Spirituality : philosophical perspectives » - Modérateur / Chairperson : Françoise Storey

 

 

11h30-11h50 : Jean-Charles BANVOY, (Université Nancy 2), « La spiritualité dans la pensée d’Arthur Schopenhauer : pour une réconciliation entre art, science et métaphysique »

 

 

11h50-12h10 : Danielle BOUTET, (Université du Québec à Rimouski), « La pratique créatrice comme voie de connaissance »

 

 

12h10-12h30 : Jean-Michel YVARD, (Université d’Angers), « W.K. Clifford et « l’émotion cosmique » : agnosticisme, aspiration mystique et spiritualité intra-mondaine en Grande-Bretagne au XIXè siècle »

 

12h30-12h45 : temps de discussion.

 

 

 

12h45-14h: Lunch Break/ Pause déjeuner

 

 

 

14h-16h05: “Literature and spirituality”/ « Littérature et spiritualité » - Modérateur / Chairperson : Jeff Storey

 

 

14h-14h20: Michelle SYBA, (Harvard University), « Belief in the secular Novels of Ian McEwan »

 

 

14h20-14h40: Johanna EVANS, (Lehigh University), “‘There is a Special Providence in the Fall of a Sparrow’: Hamlet and Secularization”

 

 

14h40-15h00: Deborah BRIDLE-SURPRENANT, (Université de Nice Sophia-Antipolis), “Kingsley, God, Darwin and The Water Babies”

 

 

15h00-15h15: temps de discussion.

 

 

15h15-15h35: Kelly GERALD, (Independent Scholar and Senior Writer-Editor/Director of Media Relations for the Phi Beta Kappa Society, Washington), “Flannery O’Connor and the Spiritual Dimensions of Comedy”

 

 

15h35-15h55: Hélène FAU, (University of Saarland, Germany), “The Spiritual in Affinity by Sarah Waters: a reversed (Masonic) ocular centrism”

 

 

15h55-16h05: temps de discussion.

 

 

16h05-16h25: Coffee Break/ Pause café

 

 

16h25-17h40 : « Pratiques musicales et spiritualité »/ “Music and Spirituality” – Modérateur / Chairperson : Jeff Storey

 

 

16h25-16h45: Annick FIASCHI-DUBOIS, (Université de Nice Sophia-Antipolis), « Du spirituel dans la musique du premier baroque ou comment le passé peut éclairer le présent »

 

 

16h45-17h05 : Liliana-Isabela, APOSTU, (Université de Nice Sophia-Antipolis), «Les vogues musicales du New Age et la recherche de la « résonnance » spirituelle »

 

 

17h05-17h25 : Christophe LEBOLD, (Université de Strasbourg), « Le prophète électrique et le boddhisatva des cœurs brisés : Leonard Cohen et Bob Dylan comme maîtres spirituels »

 

 

17h25-17h40 : temps de discussion.

 

 

 

18h-19h30 : Conférence plénière de M. Thierry Magnin (Institut catholique de Toulouse).

 

"Le renouveau du dialogue entre Science, Théologie et Spiritualité en Occident aujourd'hui"

 

 

 

Voici le lien vers le site du C.T.E.L pour plus d'infos :


http://www.ctel-nice.com/calendrier-colloques/event/dG5wb2Rva3ZwY2lsN3ZkNm1iaG9vcGJ0cW8gZDlkdGtiMGVncmMza2VoNGFkdmFwZTZsYTBAZw/3.html?start=1307570400&end=1307829600 

 

 

En espérant vous y retrouver nombreux !!

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:25

Je sors de mon long silence pour vous faire part d'un projet qui prend forme dans ma tête et que je souhaiterai mettre sur pieds d'ici à l'année prochaine. Peut-être est-ce parfaitement utopique, mais l'enjeu me paraît trop important pour rester muet et ne pas provoquer un peu le destin...

 

Les recherches académiques sur Schopenhauer sont rares. Son oeuvre est peu enseignée à l'université et très peu de thèses, traitant de sa philosophie, sont soutenues. Or, d'après les contacts que j'ai pu avoir, nous sommes plusieurs jeunes chercheurs (en master et en doctorat) à (avoir) travailler sur Schopenhauer. L'un des objectifs de ce blog était justement que le contact s'établisse entre un maximum de schopenhaueriens, hors de toutes considérations universitaires. Cependant, sachant que l'avenir des recherches académiques sur Schopenhauer, leur développement et leur fécondité reposent sur les travaux actuels et sur notre capacité à "travailler" en réseau, j'aspire à organiser une rencontre entre les jeunes chercheurs (masterants et doctorants) qui étudient l'oeuvre de Schopenhauer, afin de présenter et discuter de nos différents travaux.

Le projet est d'organiser une journée d'étude "doctorale" sur Schopenhauer, l'année prochaine (printemps 2012) pour poursuivre la dynamique des colloques internationaux de l'année passée et montrer l'importance des nouvelles études sur Schopenhauer en France.

 

Je lance donc ici un appel à tous ceux qui sont concernés et intéressés par une telle rencontre, ou qui connaissent des personnes susceptibles de l'être, à se manifester dès maintenant afin que je puisse constituer un carnet d'adresse et ensemble, si nous sommes assez nombreux, faire avancer ce projet. Vous pouvez me contacter directement par mail à l'adresse suivante : jcbtiol@hotmail.fr

 

En espérant recevoir assez de réponses pour pouvoir discuter de ce projet et de la forme à donner à cette "journée d'étude". Dans le cas contraire, il premettra tout de même de créer du lien, simplement moins "visible"...

 

En vous remerciant par avance.

 

Jean-Charles Banvoy

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 10:29

Le colloque international de Toulouse est passé depuis plus d'un mois déjà, et je m'aperçois que je n'ai pas pris le temps de vous en dire quelques mots... (j'ai déjà lu ça quelque part, pas vous ? pas étonnant j'ai toujours un mois de retard...) ce qui, vu les circonstances, est assez étonnant. Il faut dire que les choses ont une certaine tendance à s'accélérer depuis que je suis (re)plongé, jusqu'au cou (plus et c'est l'asphyxie) dans la rédaction de la première partie de la thèse. Et là, je sens que je m'enfonce un peu trop, que la respiration devient plus difficile, alors je vais me sortir un peu de là en m'offrant le plaisir de vous raconter la belle histoire de ces 22 et 23 octobre.

Tout a commencé pour moi le 21 octobre 2010, en pleine grève Sncf et donc par une journée galère avec près de 12 heures de train pour rallier Toulouse... (Euh, oui, bon, ça fait un peu autobiographie à la noix, genre "Les nouvelles aventures de notre petit héros schopenhauerien" dans le dur monde qui ne se plie pas à sa Volonté... Mais bon, aujourd'hui, je me fais plaisir !) Le respect et le soutien de la grève a parfois ses limites, c'est ce que m'a appris cette journée (oui, bon, petit sentiment personnel très bref dû à la fatigue et à l'énervement, mais je retire ce que j'ai pensé). Je suis arrivé, au final, à bon port, avec le sentiment qu'en cette belle soirée tombant sur la ville rose j'étais à l'aube de deux jours de débats passionnants.

Le 22 octobre, lorsque j'arrive sur le lieu du colloque, je suis accueilli par l'organisateur Arnaud François, que j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer à Francfort, fin septembre. Vu que M. Vincent Stanek, inspecteur adjoint d'académie, était retenu pour cause de gestion des grèves, et que mon billet sur le blog à propos de la pulsion de mort avait retenu son attention, Arnaud François m'a proposé de remplacer M. Stanek, le lendemain... Quelle stimulante surprise ! Quelle chance j'ai eu ! Je tiens à remercier, ici, Arnaud François pour la grande confiance qu'il m'a témoigné en me proposant ce remplacement et pour son accueil au sein de la fine équipe des conférenciers. Une organisation parfaite à tous points de vue, et personnellement deux jours vraiment spéciaux, motivants et enrichissants.

Je ne rentre pas dans le détails des débats, qui furent vraiment passionnants et qui ont eu le mérite d'aborder nombre d'aspects de la pensée de Schopenhauer, de manière complémentaire. Une vraie discussion, une vraie unité, de celles qui font les colloques les plus réussis. Une publication des actes est en projet aux éditions "Olms". Tous les textes seront ainsi disponibles d'ici quelques temps. Je ne manquerai pas de vous tenir informer de cette publication, dont j'ai la chance (par la même occasion) de faire partie.

Le 23 octobre, j'ai donc fait une conférence intitulé "Volonté de vivre et pulsion de mort", titre un chouïa improvisé (mais qui finalement, n'est pas si mal que ça...), texte un chouïa rédigé pendant la nuit à partir de mon billet et de mon mémoire de Master (Merci à Julien et Christelle, pour le prêt de l'ordinateur, sans qui rédiger quelque chose aurait été impossible !), lecture un chouïa stressée... mais une belle conférence (enfin, en tout cas, j'en étais content, ce qui, en ce qui me concerne - et ceux qui me connaissent un peu le savent - n'est pas rien !) et un bon débat à la suite pour clôturer le colloque. Ironie du sort, je crois que ce fût là, ma plus belle conférence, ma plus claire et ma mieux réussit quant à la forme tout au moins (le contenu nécessite évidemment plus de travail et de recul), et je n'avais qu'un peu plus de 24 heures pour la rédiger et la préparer. Une expérience assez unique, je dois le dire, mais je crois que je l'ai déjà assez dit, tellement ce fût pour moi, sur le coup, une immense satisfaction, la réussite d'une sorte d'épreuve, d'un défi lancé à moi-même. Avant, je ne m'en serais pas cru capable, et il faut avouer que cette expérience fût des plus importantes pour moi et pour la confiance que je peux avoir en mes capacités.

Merci à tous ceux qui m'ont soutenu et aidé au cours de ces deux superbes journées. Merci à tous ceux, conférenciers, auditeurs, qui ont participé à cet événement des plus marquant, personnellement, et philosophiquement par la qualité des débats. Je tiens à adresser ici mes remerciements à tous ceux qui étaient présent et profiter de ce billet pour les saluer chaleureusement. Je tiens également à vous remercier, chers lecteurs, d'être de plus en plus nombreux à consulter ce blog chaque jour, malgré mon manque parfois affligeant de régularité dans mes posts. J'ai parfois la sensation que les objectifs de ce blog de faire connaître la pensée de Schopenhauer, de la valoriser en montrant qu'elle prend place au sein des réflexions philosophiques  passées et actuelles, et d'être un des facteurs de rapprochement et de cohésion des schopenhaueriens, commencent  doucement à prendre vie !

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 15:20

Le colloque international à Toulouse "Schopenhauer et la question de la vie" (vendredi 22 et samedi 23 octobre 2010) se tiendra à l'Hôtel Mercure Compans Caffarelli (Boulevard Lacrosses, 8, Esplanade Compans Caffarelli), Amphithéâtre Verdi, et non à la Maison de la recherche située sur le campus de l'Université Toulouse 2 - Le Mirail. 

 

En espérant que les diverses grèves ne nous empêchent pas de nous y retrouver nombreux !!

 

P-S : Merci à Arnaud François de m'avoir prévenu directement de ce changement

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 09:24

Le congrès Schopenhauer de Francfort est passé depuis presque un mois déjà et je m'aperçois que je n'ai pas pris le temps de l'évoquer ici... Un séjour magnifique, un peu éprouvant, mais motivant et enrichissant. Un congrès intéressant qui fut l'occasion de retrouvailles, de rencontres et de découvertes intéressantes (conférences, livres, etc.). J'ai eu la chance de voir, avec mes compères schopenhaueriens Yann et Arnaud, l'exposition organisée sur la vie et l'œuvre de Schopenhauer. Nombre de ses ouvrages, de lettres manuscrites, de tableaux, et d'objets personnels... et puis plein de petites animations autour de son œuvre pour découvrir, de façon accessible, les grandes lignes de sa pensée et ses rapports avec les différents philosophes allemands de son temps... J'ai également découvert une ville (Francfort) étrangement familière, faite de contrastes entre ancien et moderne, entre de lourds bâtiments historiques en pierres, et de hauts buildings, symboles d'une intense activité économique. Contraste en même temps illusoire puisque ces bâtiments historiques sont quasiment tous issus de la reconstruction de la ville, presque entièrement détruite par les bombardement alliés à la fin de la seconde guerre mondiale.

Une intense impression de réconfort m'a accompagnée tout au long de ce séjour, peut-être simplement bercé par l'ombre d'un Arthur Schopenhauer commémoré et certainement bien fier de l'être (oui, je sais, il dirait qu'il n'est plus là et pas sur un petit nuage dans le ciel, mais bon l'allégorie me plaît...). Par contre, j'ai un grand regret j'ai oublié de lui apporter des coussins, du tissu, un énorme sac de plumes, pour rembourrer son cercueil afin d'apaiser ses douleurs dues aux multiples retournements qu'il effectue chaque jour du fait de l'écho des voix des commentateurs du monde entier. Le tout accompagné d'une liste d'excuses longue comme le bras, au nom de tous (ou presque, et je ne suis malheureusement pas dans ces exceptions car il m'est arrivé de dire quelques conneries, il faut le reconnaître), pour s'excuser d'écrire et de publier tant de conneries sur son œuvre, de ronger sa philosophie et de ne pas lui avoir rendu justice depuis ces 150 dernières années. Ce sera pour la prochaine fois, promis.

Quand vous lisez dans un livre paru en 2010, au demeurant brillantissime, que la négation de la Volonté est semblable à la pulsion de mort chez Freud, vous vous dites que ce pauvre homme n'a pas fini de jouer à la toupie dans son caveau. Pauvre Schopenhauer, puisses-tu nous pardonner...

Non, rassurez-vous, je ne perds pas la boule. Je ne suis pas un fanatique qui s'adresse à lui comme si c'était le bon Dieu et qu'il était parmi nous. Je suis juste en colère contre des fausses idées qui se perpétuent. Pas que je sois borné et que je refuse toute autre interprétation de Schopenhauer que la mienne (comme certains semblent le supposer), mais c'est simplement que, comme souvent lorsqu'il s'agit du rapport à Freud, c'est absolument pas argumenté, c'est de la décoration, c'est juste histoire de faire un petit pont, l'air de rien... Genre, je te dis que c'est semblable à la pulsion de mort, et puis hop, au revoir. Je t'ai étalé ma culture au passage et puis je te laisse te débrouiller avec... Alors que c'est un pont lourd de conséquence et qui, à mon sens, déforme la pensée de Schopenhauer.

Je me suis expliqué sur ce point je ne vais pas recommencer (cf. billet du 27 juillet "La question de la pulsion de mort chez Schopenhauer"). Je voudrai simplement argumenter contre cette formulation générale. Ce sera court, rassurez-vous (c'est du pinaillage de chercheur, alors ça va pas intéresser grand monde...). La négation de la Volonté est une extinction de la Volonté, elle n'est en rien une tendance, une pulsion qui habite chaque cellule vivante (et donc chaque être de la nature) et la fait tendre vers l'inorganique, vers la destruction. Outre la différence de niveau entre un principe métaphysique Thanatos (pulsion de mort) et l'attitude humaine apparentée pour Schopenhauer à l'attitude hautement morale dans le renoncement d'un individu à affirmer sa Volonté. il y a une différence métaphysique évidente. La négation de la Volonté consiste en une auto-exctinction de la Volonté, en un renoncement, alors que la pulsion de mort est une tendance positive : elle est une force destructrice présente en toute cellule vivante, une "Volonté de mourir" (qui est en combat avec la pulsion de vie Eros), si vous me permettez l'expression.. 

Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de semblable là-dedans... Si quelqu'un peut m'expliquer, je veux bien discuter et mettre toute ma bonne volonté pour comprendre, et y consacrer tout le temps qu'il faudra, parce que mon esprit lent et borné ne comprend pas comment on peut dire une chose pareille !! Je suis juste déçu de voir l'excellent commentaire de M. Stanek finir sur cette note, qui gâche un peu, à mes yeux, le bouquet final. Ce n'est là qu'un minuscule détail (tout comme le petit flottement sur le terme d'inconscient qui aurait mérité d'être mieux défini... exigence somme toute personnelle, mais que voulez-vous, on ne se refait pas), et vous devez me trouver un peu dingue de m'emporter de la sorte et de me formaliser pour une demi-phrase dans un livre brillant de 290 pages, dont je ne peux que vous recommander chaudement la lecture. Après, on va finir par me taxer automatiquement d'anti-Stanek, comme on a le plaisir de me taxer automatiquement d'anti-Rosset... Je vais encore passé pour le fanatique prétention en colère contre les méchants commentateurs officiels, en exhibant ma petite critique pour mieux cacher mes éloges (et non, je ne suis pas paranoïaque, juste trop souvent incompris à mon goût...). C'est juste que cette phrase est dommageable et que j'ai du mal à comprendre ce qu'elle fait dans un livre de cette qualité, voilà tout.

En espérant pouvoir en discuter un jour avec son auteur, que j'aurai peut-être la chance de rencontrer à l'occasion du colloque toulousain qui s'annonce (si toutefois, avant tout, j'arrive à rallier Toulouse par ces temps de grèves...).

Je tenais, pour finir, à vous remercier toutes et tous de vous intéresser (de plus en plus nombreux) à ce blog, peuplé d'annonces diverses, de coups de gueule, de tirades parfois personnelles, parfois un peu trop passionnées et manquant d'objectivité et de sérieux, et de rares rapports de l'avancée de mes recherches. Merci infiniment de votre soutien et de vos encouragements, et si vous êtes de plus en plus nombreux c'est que je ne dois pas être si chiant que ça... Oui, je sais, je sais... mais bon, laisser moi rêver un peu, s'il vous plaît !





Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:12

Vous trouverez ci-dessous l'affiche et le programme du colloque international Schopenhauer et la question de la vie qui aura lieu à Toulouse (Univesité Toulouse II Le Mirail - Maison de la Recherche, salle D 29) les 22 et 23 octobre prochain. Ce colloque, organisé par Arnaud François à l'occasion du 150ème anniversaire de la mort de Schopenhauer et de la nouvelle traduction du Monde comme Volonté et comme représentation, réunira Matteo Vincenzo d'Alfonso, Domenico Fazio, Arnaud François, Christopher Janaway, Yasuo Kamata, Matthias Koßler, Pierre Montebello, Christian Sommer et Vincent Stanek.

 

Affiche-Schopenhauer-3f42d

 

Lien du site pour info :

http://www.europhilosophie.eu/recherche/spip.php?article431

 

 

Schopenhauer et la question de la vie/ Schopenhauer und die Frage des Lebens/
Schopenhauer and the philosophy of life

 

Hôtel Mercure Compans Caffarelli

8, Boulevard Lacrosses, Esplanade Compans Caffarelli

Amphithéâtre Verdi


Programme

   

Vendredi 22 octobre

 

9h : Matthias Koßler (professeur à l’Université Johannes-Gutenberg de Mayence, président de la Schopenhauer-Gesellschaft) : « „Das Leben ist nur ein Spiegel” – Schopenhauers kritischer Lebensbegriff »

 

10h : Pierre Montebello (professeur à l’Université Toulouse II-Le Mirail) : « Schopenhauer et la théorie génétique de l’intellect » (titre provisoire)

 

11h : pause café

 

11h30 : Christian Sommer (Archives Husserl, ENS) : « La “bête philosophe” et l’ “ordre du salut”. Vie ascétique, vie esthétique selon Schopenhauer »

 

 

14h30 : Julien Labia (ATER à l’Université Paris IV-Sorbonne) : « Dans quelle mesure la musique nous fait-elle rester en vie ? »

 

15h30 : pause café

 

16h : Matteo Vincenzo d’Alfonso (professeur contractuel à l’Université de Bologne) : « Der transzendentale Spielraum des Lebens. Eine Parallele zwischen dem Weltbegriff Schopenhauers und der omnitudo realitatis Kants. »

 

 

Samedi 23 octobre

 

9h : Christopher Janaway (professeur à l’Université de Southampton) : « Schopenhauer’s Refusal of the Natural Self »

 

10h : Yasuo Kamata (professeur à l’Université Kwansei Gakuin) : « Das Leben als Wille und Vorstellung – Lebensauffassung des jungen Schopenhauers »

 

11h : pause café

 

11h30 : Vincent Stanek (inspecteur d’académie adjoint) : « Vie et spéculation chez Schopenhauer »


 

14h30 : Hugo Dallacosta (masterant à l’Université Toulouse II-Le Mirail) : « Le corps à corps de la volonté et de la connaissance »

 

15h30 : pause café

 

16h : Arnaud François (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail) : « Quelle est la “vie” de la “volonté de vie” ? »

 

 

En espérant vous y retrouver nombreux !!!

Published by Jean-Charles Banvoy
commenter cet article

Présentation

  • : Schopenhauer
  • Schopenhauer
  • : Etudes de la pensée de Schopenhauer et notamment de son rapport à la psychanalyse et aux neurosciences.
  • Contact

Profil

  • Jean-Charles Banvoy
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?"
 UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2
  • Allocataire de recherche en Philosophie sur le sujet : "Schopenhauer et l'inconscient : de Kant aux neurosciences ?" UMR 7117, Laboratoire de Philosophie et d'histoire des sciences, Archives Henri Poincaré, Université Nancy 2

Archives